LES SCENARIOS D’INONDATION
Les scenarios d’inondation ont été calculé à travers la modélisation hydraulique numérique avec le logiciel HEC-RAS dans la version 5.0.6 (link : https://www.hec.usace.army.mil/software/hec-ras/) et avec un modèle monodimensionnel. Les simulations ont tourné à priori pour définir les zones inondables en fonction des différents débits liés aux seuils des niveaux de vigilance, déterminées en accord avec l’analyse hydrologique de la rivière et l’évaluation des dommages historiques dans les villages riverains.

Les scenarios ont été calculé sur le tronçon nigérien de la Rivière Sirba à partir de la limite burkinabé jusqu’à la confluence dans le Fleuve Niger (y compris la dernière cotée des affluents burkinabés Yali, Faga et Koulouko). La longueur totale de rivière modélisée est de 240 km dont la partie la plus importante est représenté par le dernier 108 km du village de Bossey Bangou jusqu’à la confluence dans le Fleuve.

Les niveaux de vigilance de la Rivière Sirba lient un intervalle de débit à l’hydrologie de la rivière et aux impacts potentiels sur la vie humaine (Tableau 1).
Les seuils sont aussi liés à l’analyse statistique de la sérié historique des débits mesurés à l’hydromètre de Garbey Kourou à partir de juin 1956 jusqu’à septembre 2018.

Trois indices ont été utilisés (Tableau 3) :
  1. CDC (courbe des débits classés) le nombre moyen de jours pendant lesquels on observe un certain débit dans la rivière (exemple : le Q15 est le débit qui en moyenne est mesuré 15 jours chaque année) ;
  2. TR (temps de retour) la probabilité, exprimé en nombre d’années, qu’un certain débit se vérifie (exemple : le TR5 est un débit avec probabilité d’occurrence de 5 ans) ;
  3. NS-TR (temps de retour non stationnaire) est un concept avancé du temps de retour qui morcelle la série des mesures pour considérer l’augmentation de probabilité d’avoir une inondation liée à la croissance des évènements extrêmes (exemple : le débit de 2400 m3/s, est lié à un TR de 100 ans et un NS-TR de 10 ans ça veut dire qu’il y a eu une augmentation des phénomènes extrêmes et maintenant il est dix fois plus probable d’observer ce débit dans la rivière).
La géométrie des zones inondables a été définie avec un Modèle Numérique du Terrain avec maille de 10 mètres détaillé par des sections transversales chaque kilomètre. La rugosité de la rivière a été déterminée sur la base d’une analyse granulométrique des sédiments du lit. Le modèle a utilisé des hydrogrammes modulés sur l’inondation maximale observé à la station hydrométrique de Garbey Kourou dans le mois d’aout 2012. Le niveau du Fleuve Niger, qui cause un remonté des eaux dans la Rivière Sirba, a été considéré comme condition limite. Le calage a été réalisé avec les niveaux hydrauliques et les jaugeages des débits mesurés pendant des missions dédiés dans la saison humide (juin-septembre 2018).

Pour informations supplémentaires sur les scenarios d’inondation de la Rivière Sirba il est possible lire l’article scientifique Flood Hazard Scenarios of the Sirba River (Niger) : Evaluation of the Hazard Thresholds and Flooding Areas (link : https://www.mdpi.com/2073-4441/11/5/1018).